France: le ministre Nicolas Hulot jette l’éponge

Après un an d’atermoiements et faute d’obtenir des avancées suffisantes en matière d’environnement, le ministre français de la transition écologique Nicolas Hulot a annoncé mardi qu’il avait pris la décision de quitter le gouvernement.

« Je prends la décision de quitter le gouvernement », a déclaré Nicolas Hulot sur France Inter, après avoir confié qu’il se sentait « tout seul à la manœuvre » sur les enjeux environnementaux au sein du gouvernement.

Nicolas Hulot a précisé qu’il n’avait prévenu ni le président ni le Premier ministre de cette décision, par crainte qu’ils ne le convainquent de rester au gouvernement.

« C’est une décision d’honnêteté et de responsabilité », a-t-il déclaré.

« Le Premier ministre, le président de la République ont été pendant ces 14 mois à mon égard d’une affection, d’une loyauté et d’une fidélité à toute épreuve », a confié le ministre, mais malgré cela, le gouvernement n’a pas su donner la priorité aux enjeux environnementaux, a-t-il plaidé, estimant n’avoir pu obtenir que des « petits pas ».

AFP

 

La reception du PM à siguiri : ce que pense le PADES

La réception à Siguiri du Premier ministre Kasssory Fofana et sa délégation gouvernementale s’est invitée samedi à l’assemblée générale du Parti des démocrates pour l’espoir (PADES) de Dr. Ousmane Kaba.

Pour la coordinatrice du parti, Dédé Dioubaté, la délégation gouvernementale n’a pas été reçue comme ça se devait, surtout à Siguiri où on a vu des chaises vides dans la salle.

« Ce que j’ai vu à Siguiri, ce n’est pas fameux comme réception d’une délégation gouvernementale en Haute Guinée. Quand Siguiri, surnommée capitale du RPG, reçoit une délégation de cette manière, ça donne à réfléchir », indique-t-elle, en faisant référence à des signes avant-coureurs d’une fin de règne.

Elle invite donc les militants et sympathisants du PADES à se mobiliser davantage pour gagner du terrain sur l’échiquier politique national et international. « Il faut qu’on se lève pour se battre. Quand un régime est à sa fin, c’est une chance pour d’autres partis politiques de se lever et continuer le combat. Si on ne se lève pas à temps, on sera perdants sur toute la ligne », souligne Dédé Dioubaté.

Pour finir, la coordinatrice du PADES pointe un doigt accusateur aux autorités d’avoir complètement politisé la mamaya de Kankan. Elle les exhorte par la même occasion à ne pas profiter de ces moments de fête pour faire débarquer toute l’administration guinéenne dans la région.

M.S

Guinée: L’opposition Républicaine annonce une marche pacifique le 09 août prochain sur l’autoroute fidel-castro

Le chef de file de l’opposition et ses pairs ont animés une conférence de presse cet après-midi du 07 août à la Maison de la Presse. Objectif, faire appel à leurs militants et sympathisants de sortir le jeudi pour protester contre la fraude électorale et l’injustice qui gangrène le pays face à certains de ses militants détenus en prison.

Les leaders de l’opposition republicaine se sont retrouvés ce mardi devant la presse pour expliquer les raisons de leur marche programmée ce jeudi à Conakry. L’actuel porte parole, Dr Faya Lansana Millimono a d’abord presenté le message de ses pairs avant de faire appelle à ses compatriotes à leur rejoindre ce jeudi sur l’autoroute. <<Avant qu’on en vient là, nous avons donné la chance au premier ministre pour le dialogue afin de trouver des solutions mais jusque là aucune avancée n’est enregistrée. Au regard de cette non volonté du gouvernement, nous comptons organiser une marche pacifique le jeudi qui se déroulera sur l’autoroute de 8h à 17h en suivant l’itinéraire Carrefour Yimbaya tannerie-Aéroport-Kenien-Belle vue jusqu’à Dixinn terrasse >>, a-t-il indiqué

Par sa part, le chef de file de l’opposition, Elhadj Cellou Dalein Diallo, signe qu’ils restent ferme sur leur décision et demandent la publication des vrais résultats issus des élections communales tenues le 4 février dernier. <<Nous n’accepterons pas l’injustice, la fraude électorale ainsi que la violation de la loi. Nous avons perdu 20 sièges dans nos communes par la falsification des procès verbaux. Nous exigeons la publication des vrais résultats issus des urnes. Et nous souhaitons que le contentieux électoral soit réglé avant l’installation des maires car ils ont le même mandat>>, a-t-il martelé.

Les opposants profiteront de cette marche pour sensibiliser et informer leurs militants des les réalités actuelles du pays.

Mamadou Adama Barry

2018 copyrights guineeindependant.info développer par : SARIT TECHNOLOGIE