Grève des Enseignants: « On ne parlera  pas d’une augmentation de salaire ni en 2018 ni en 2019 »

Sur une radio de Conakry, le Premier Ministre, Chef du Gouvernement a dit ses quatre vérités aux Syndicalistes, suite à la grève lancée par le SLECG (Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée).

Selon ses propos, la situation financière est quadrillée et le gouvernement n’a aucune possibilité de faire face à cette revendication syndicale: « Nous sommes dans un programme avec nos partenaires. Ce programme nous contraints à faire quelques sacrifices. Nous avons déjà procédé à une première augmentation en 2018. On a donné 40%. Nous ne pouvons pas, à la même année, faire une autre augmentation. Soyons réalistes. Il n’yaura pas d’augmentation en 2018, ni en 2019 », a fait savoir Dr Ibrahima Kassory Fofana.

Autres choses qu’il faut souligner sur cette question d’augmentation, il y a la situation de la grève elle-même. Et certains Syndicalistes déplorent les menaces de l’administration contre eux. Un sujet sur lequel le  Premier Ministre a apporté des corrections: « Nous ne menaçons personne. Nous disons deux choses: d’abord le temps passé pendant la grève ne sera pas payé conformément aux dispositions du code du travail. Ensuite, nous n’accepterons pas qu’un Syndicaliste empêche la tenue des cours dans un établissement(…) J’ai dit au Kountigui de conseiller mon frère Aboubacar Soumah, parce que personne ne doit bomber son torse devant la puissance publique », a rassuré le chef du gouvernement.

 Pendant que le SLECG qui n’entend pas baisser les bras continue de réclamer ses droits, le pays est en train de vivre autres crises notamment dans le secteur politique avec l’installation des conseillers communaux.

TECHNOLOGIE : un point d’échange internet désormais disponible en Guinée

C’est dans un complexe hôtelier de la place, que le premier ministre Dr Ibrahima Kassory Fofana, en compagnie du ministre des postes et télécommunications, Moustapha Mamy Diaby et celui de l’enseignement supérieur, Abdoulaye yéro Baldé, a présidé la cérémonie inaugurale du premier point d’échange internet de la Guinée « IXP-Guinée » ce mercredi 10 octobre.

Gérée par l’association IXP-Guinée, cette infrastructure vise à raccorder les entreprises de téléphonie mobile et fournisseurs d’internet, afin d’optimiser la connexion et réduire son coût, en déchargeant notamment la bande passante.

Dans son discours de circonstance,  Dr Ibrahima Kassory Fofana fait ressortir toute importance de la connexion internet en ces termes : “l’internet représente l’unique opportunité pour l’Afrique de rattraper le reste du monde dans les différents domaines de développement. C’est pour cette raison, et conscient des potentialités qu’offre le secteur des TIC, que le gouvernement a décidé de construire ce point d’échange Internet et de le mettre gracieusement à la disposition des opérateurs pour contribuer ainsi à l’effort de transformation numérique de notre pays.”

Par ailleurs, il annonce qu’un second point de ce genre devrait voir jour d’un moment à l’autre : « un deuxième Point d’Echange Internet, acquis à travers la Commission de l’Union Africaine, est en construction, et vous sera également donné pour servir de redondance au premier. »

Le ministre Moustapha Mamy Diaby expliqué la fonctionnalité de la chose : « une infrastructure comme celle-ci, à une vocation nationale, mais beaucoup plus une vocation économique et sociale », tout en précisant plus loin : « dans le sens où, elle permettra de dynamiser le secteur de l’internet par l’accroissement du trafic qui sera la conséquence directe  de l’amélioration de la qualité de la connexion. Nous savons aujourd’hui que nous avons  un taux de pénétration de l’internet qui avoisine les 40% et nous ne devons pas perdre de vue les barrières liées au coût d’accès de cette ressource vitale ; l’internet n’est plus un luxe, c’est devenu un instrument de base, une denrée de première nécessité, parce qu’utilisée dans tous les secteurs. »

Il assure par ailleurs, l’engagement du gouvernement et de son ministère a accompagner cette aventure.

Président de l’IXP-Guinée, Cheik Diallo a  saisi cette occasion pour signifier que : « l’application des technologies de l’information et de la communication dans tous les acteurs de la vie socio-économique du pays pourrait contribuer  de façon significative à accélérer son développement, cela concourt à l’amélioration du bien-être des populations. »

Ensuite, remerciant le gouvernement et le ministère  des postes et télécommunications pour son « soutien au  secteur des TIC », a demandé aux fournisseurs d’internet de se « rassembler pour une interconnexion et une exploitation réussie » de l’infrastructure.

2018 copyrights guineeindependant.info développer par : SARIT TECHNOLOGIE